Avec les beaux jours reviennent les hirondelles mais également de plus tristes animaux. Ceux enfermés dans ces dizaines de petits cirques qui sillonnent les villages, du printemps à l’automne.

Humanimo lance une campagne auprès des communes, afin qu’elles refusent les cirques avec animaux sauvages sur leur territoire.

Aidez-nous à les convaincre ! Prenez contact avec votre maire, vos conseillers municipaux pour les sensibiliser à la détresse des animaux. Leur place n’est ni dans une cage, ni attachés à un piquet sous la pluie ou en plein soleil, en attendant de faire quelques « tours » pour contenter un maigre public. Nous vous ferons parvenir des documents pour vous aider dans vos démarches. Et, si vous le souhaitez, rejoignez notre équipe de  bénévoles !

Que faire en présence d'un cirque ?

S’il s’agit d’un petit cirque, les animaux sont souvent dehors, attachés par des cordes. Il est donc facile de vérifier leur état général, s’ils ont de l’eau en cas de forte chaleur, de l’herbe à brouter. Surtout pensez à prendre des photos ! Des animaux, mais aussi de l’immatriculation des véhicules du cirque  et d’une affiche. S’il y a des cages, même chose, vérification et photographies.

Dans tous les cas, nous envoyer et/ ou envoyer directement les informations à Code Animal qui répertorie tous les cirques français dans une base de données.

S’il y a maltraitance ou négligence avérée, 2 possibilités : prévenir la gendarmerie la plus proche pour intervention et/ou prévenir  le service Santé Publique Vétérinaire et Environnement (ex DSV), service de la DDSCPP chargé de la surveillance des élevages, des zoos, des cirques, des animaleries… Le SPVE instruit tous les signalements, à condition qu’ils ne soient pas anonymes. Ils ont une très bonne collaboration interdépartementale donc s’ils ont verbalisé un cirque, il y aura un suivi. S’ils ont des soupçons mais n’ont pas eu le temps de contrôler l’établissement,  il sera signalé sur tout le territoire.

Mais attention, la maltraitance doit être avérée et visible ou la situation de l’animal périlleuse. le SPVE n’interviendra, après examen des photos et informations que s’ils estiment qu’il y a danger pour les animaux. Vous n’aurez pas forcément de retour de leur part ou un strict minimum, par souci de confidentialité. S’ils saisissent des animaux, rien ne sera divulgué sur leur destination. De même, votre témoignage et votre nom resteront strictement confidentiels et ne seront bien entendu divulgués à personne.

La plupart des petits cirques familiaux présentent des animaux domestiques, dont la liste est cependant bien longue… Ils donnent essentiellement des représentations dans les petites communes et sont facilement accessibles.

Les grands ou moyens cirques avec animaux sauvages sont moins faciles d’accès.  Il est cependant possible de visiter les ménageries et de jeter un œil en coulisses, de prendre des photos discrètement et de suivre la même procédure, en prévenant impérativement le SPVE.

Nous pouvons tous concrètement agir pour le bien-être de ces animaux en allant voir de près ce qui se passe autour des chapiteaux ! 

Affichage sauvage, mode d'emploi

L’affichage sauvage est interdit, c’est la loi.

Les panneaux qui pullulent sur les poteaux  sont illégaux, c’est un fait.

Certaines villes ont pris des arrêtés pour donner à leurs agents le pouvoir de verbaliser et poursuivre. C’est le cas de Besançon où la Police municipale fait la chasse à l’affichage illégal, quel qu’il soit. Dès qu’un cirque accroche ses  panneaux, ils interviennent. Si  les circassiens refusent d’ôter leurs affiches, les agents verbalisent et ôtent tous les panneaux situés sur le territoire communal.

Vous devez donc demander à votre police municipale, s’il y en a une, ce qu’elle a comme instructions au sujet de l’affichage sauvage. Car ce sont les élus qui décident d’appliquer, fermement ou non, la loi Barnier de 1995 qui interdit l’affichage commercial, non commercial ou politique sur le domaine public. L’affichage est également interdit sur le domaine privé (murs, maisons) et sur les arbres sans autorisation.

S’il n’y a pas de police municipale, vous devez vous adresser directement au maire de la commune où se situent les panneaux, il a le pouvoir de les faire enlever et de poursuivre le cirque en cas de refus. 

Pour Besançon, nous proposons de faire le relais entre vous et la police municipale, qui est submergée d’appels dès qu’un cirque s’annonce en ville. Dès que vous voyez une affiche, contactez nous et nous ferons le nécessaire Notez bien les endroits précis où sont apposés les panneaux, nous regrouperons toutes les informations et les transmettrons au service  en charge de l’affichage.

envoyer un courriel aux mairies

Bonjour,

Je tiens à vous signaler que des affiches du cirque xxx envahissent l’espace public de votre/notre commune de xxx. Cette publicité agressive tant par son visuel que par sa multiplicité n’a rien à faire sur le domaine communal, d’autant que qu’il s’agit d’une entreprise présentant des animaux sauvages captifs, ce qui, éthiquement, n’est pas justifiable.

Outre la pollution visuelle, il s’agit d’un affichage sauvage, réprimé par la loi. En effet, l’affichage sans autorisation sur des supports autres que ceux prévus par la municipalité est illégal (articles L 581-4 et suivants et L 581-26 et suivants du Code de l’environnement).

L’article L. 581-29 du Code de l’environnement donne pouvoir au maire de procéder à la suppression immédiate de cette publicité, et l’article L. 581-34 sanctionne d’une amende de 7 500 euros l’affichage sauvage en des lieux interdits.

Je vous demande de bien vouloir faire respecter la loi et de procéder à l’enlèvement de ces affiches, comme le fait la ville de Besançon depuis de nombreuses années.

Cordialement,

Le guide cirques de Code Animal

L’excellent guide de Code animal vous apprendra tout sur la réglementation actuelle, des espèces « exploitables » dans les cirques aux pouvoirs du maire et vous dira comment réagir en cas de souffrance animale. Téléchargez le guide

Un modèle d’arrêté municipal est également proposé par Code Animal, pour aider les communes qui le souhaitent à interdire les cirques avec animaux sur leur territoire