L’affaire Zavatta

Humanimo

Tout a commencé le jeudi 23 novembre par le message d’une jeune animaliste, Pauline, sur les réseaux sociaux, signalant l’arrivée du cirque Zavatta à Besançon, friche industrielle de la Rhodia.
Sachant que les cirques sont interdits sur le territoire communal, nous partons en quête d’infos. La police municipale nous confirme alors que le cirque est bien installé illégalement, qu’une procédure d’expulsion est en cours et qu’ils procèdent à l’enlèvement des affiches. Dans le même temps, on nous signale un affichage sauvage à grande échelle, dans la ville et aux environs. De nombreuses personnes protestent toute la journée à la mairie, de jeunes militants commencent à envisager des actions.
Le 24 novembre nous alertons la presse, étonnés que le cirque continue sa propagande comme si de rien n’était, et nous renseignons un peu plus sur les responsabilités de chacun. Il nous semble en effet qu’un point important a été oublié dans l’affaire : qui est responsable en cas d’accident, puisque ce cirque en situation illégale n’est certainement pas couvert par les assurances.
Et là, surprise ! On nous redit qu’effectivement le cirque est en situation irrégulière, mais que l’expulsion n’aura certainement pas lieu tout de suite (référé prévu le lundi 27) et que maire et préfet ont pris la décision de laisser les spectacles se dérouler normalement… ! Pour la responsabilité, on nous laisse entendre que la mairie serait probablement en cause en cas de problème. Nous partageons l’information. Une délicieuse circassienne vient commenter avec finesse nos publications sur Facebook.
Tous les gens sensibles à la condition animale sont excédés, certains vont prêter main forte à la police municipale pour enlever les affiches du cirque qui polluent la ville. D’autres décident d’organiser une manifestation avant la représentation du samedi à 14h.
Le vendredi soir, tout le monde apprend le triste sort de Mevy, jeune tigresse échappée d’un cirque négligent à Paris et abattue à coups de fusil à pompe par son propriétaire, grand ami des animaux.
Un tigre blanc… Zavatta a les mêmes qui tournent en rond dans leur cage à Besançon.

Samedi, une quinzaine de militants de tous horizons se retrouvent devant le cirque à la Rodia, sous une pluie battante, encadrés par la police municipale qui confie « on est là pour vous protéger, on les connaît ». La presse est là et rapporte fidèlement toute l’affaire, qui fait beaucoup de bruit. Passage à Besançon raté pour le cirque, opération réussie pour les animalistes.
À suivre…

Article macommune
Est Républicain
 
Est Republicain 2
Radio Plein Air

Reportage de Saysamay Soubinh

Photos article Saysamay Soubinh