Sauvons Helios, le dernier lion de la Citadelle !

martine landry

Pour ne pas qu’Helios, le dernier lion du zoo de Besançon, subisse le sort de Taïga, tigresse exfiltrée en catimini vers un zoo des pays de l’Est, pour qu’Helios parte en sanctuaire, Humanimo, Rewild, C’est Assez, Code Animal, Athenas, Rev Bourgogne Franche Comté, Combactive, SPA de Besançon et de Franche-Comté, Défense Animale Belfort et le CABle se mobilisent

Helios, le dernier lion de la Citadelle de Besançon, ne doit pas passer d’une cage à une autre, Helios doit partir en sanctuaire pour une retraite bien méritée.

À l’heure où une nouvelle donne se profile pour les animaux captifs, impulsée par les déclarations récentes de la Ministre de la Transition Ecologique Barbara Pompili, le zoo de Besançon sera-t-il à la traine ? Anne Vignot, maire de Besançon engagée pour la condition animale, s’était exprimée fin août sur les fauves captifs, laissant présager pour eux un avenir meilleur. Pourtant quelques jours plus tard, les responsables du zoo exfiltraient en catimini une jeune tigresse vers un zoo de Lettonie, sans que la Mairie n’en soit informée.

Des solutions en sanctuaire avaient été proposées à la Mairie pour les trois fauves du zoo, Taïga, Cliff et Helios. Malgré cela, le zoo se défaussait en annonçant ne pas être propriétaire des animaux, mais que ceux-ci appartiendraient aux EPPs, comprenez Programmes d’Élevages Européens, impliquant donc que la Mairie ne pouvait décider librement de l’avenir des animaux.

Or c’est tout à fait faux ! Les EEPs sont des programmes auxquelles adhèrent librement les zoos, ils ne peuvent être propriétaires d’aucun animal, et ne peuvent pas décider de leur sort en lieu et place de leurs détenteurs légaux. La Mairie est le propriétaire légitime des animaux détenus à la Citadelle.

Les agissements des dirigeants du zoo posent question, comme si garder les animaux prisonniers était pour eux primordial, comme si la possibilité de les confier à des sanctuaires les effrayait au point qu’ils préfèrent donner des gages à l’EAZA et au système opaque de la captivité, plutôt que d’appliquer les décisions de bien-être animal définies par leur hiérarchie. N’oublions pas que la Citadelle de Besançon est un service municipal.

Après le départ précipité de Taïga, est arrivée Naya, une tigresse venue de Londres, très discrètement et sous escorte (oui sous escorte !), vraisemblablement dans l’objectif d’une reproduction avec Cliff, le mâle. Car pourquoi faire venir une nouvelle femelle si ce n’est pour faire naître des jeunes qui entretiendront le business de la captivité ?

Nous veillerons à ce que Naya et Cliff aient un autre destin que Taïga.

Nous veillerons à ce qu’Helios le lion ne parte pas dans une autre cage, dans un autre zoo, dans une autre prison.

Nous exhortons Anne Vignot à poursuivre son investissement pour la condition animale et à préparer un avenir en sanctuaire pour Helios, Cliff et Naya afin qu’ils terminent leurs vieux jours sans être exposés au public, sans être exploités.

Madame la Maire ne laissez pas le zoo décider du sort d’Helios, c’est votre engagement, c’est votre rôle d’élue !

Le communiqué des associations pour l'arrivée de NAYA

Jeu de cages musicales au Zoo de Besançon

 Naya, une nouvelle femelle tigre arrive au zoo de la Citadelle de Besançon mercredi 23 septembre, quelques jours à peine après le départ précipité de Taïga pour le zoo de Riga. La direction prévoit qu’elle rejoigne Cliff, le tigre mâle.

La question est donc soulevée, la direction du zoo est-elle en roue libre ?

Si les conditions de captivité n’étaient pas bonnes pour Cliff et Taïga, elles n’ont pas progressé aujourd’hui et l’arrivée d’une nouvelle femelle ne va pas améliorer la situation de Cliff car rappelons-le, les tigres sont des animaux solitaires vivant sur un territoire de plus 4 000km².

D’autre part Cliff, que les vétérinaires du zoo considèrent comme trop vieux et incapable de survivre à un transfert dans un sanctuaire, serait tout à coup en mesure de saillir une femelle adulte aux fins de reproduction. Pourquoi faire venir une nouvelle femelle si ce n’est pour faire naître des jeunes qui feront le business de la captivité ?

En août dernier, Anne Vignot annonçait la fin des fauves à la Citadelle de Besançon. Cette déclaration laissait présager une amélioration des conditions de vie pour les tigres Cliff et Taïga et le lion Hélios, mais la réalité est tout autre…

Alors que des solutions de départ en sanctuaire avaient été proposées à la Mairie pour les trois fauves, le zoo se défaussait en annonçant qu’il n’était pas propriétaire des animaux, mais que ceux-ci appartenaient aux EPPs, comprenez Programmes d’Élevages Européens. Or c’est tout à fait faux ! Les EEPs sont des programmes auxquelles adhèrent librement les zoos, ils ne peuvent être propriétaires d’aucun animal, et ne peuvent pas décider de leur sort en lieu et place de leurs détenteurs légaux.

Nous veillerons à ce que Naya et Cliff aient un autre destin que Taïga.

Nous veillerons à ce qu’Hélios ait une deuxième chance en sanctuaire.

Nous exhortons Anne Vignot à poursuivre son investissement pour la condition animale et à faire appliquer ses décisions jusque dans l’enceinte de la Citadelle.

Madame la Maire ne laissez pas le zoo décider du sort de ces tristes captifs, c’est votre engagement, c’est votre rôle d’élue !

Les EEP ou Programmes d’Elevage Européens
Selon l’Association Française des Parcs Zoologiques, « il s’agit d’un programme créé pour la sauvegarde d’une espèce animale. Ces programmes initient, surveillent et donnent des conseils pour favoriser l’élevage d’une espèce menacée en lui conservant ses caractéristiques naturelles. Le but final est une éventuelle réintroduction dans la nature ou un renforcement de la population sauvage par l’adjonction de spécimens élevés en parcs zoologiques. »
Ainsi, les EPP ne sont pas des entités, ne disposent d’aucun établissement ni de salarié capacitaire, ils ne peuvent pas être propriétaires d’animaux.
D’autre part, les animaux constituent les actifs de la société qui génère du bénéfice grâce à leur exploitation commerciale. C’est pourquoi ils sont la pleine propriété des zoos qui les détiennent ou qui les prêtent à un tiers.

Le communiqué pour le départ de Taïga

La Citadelle organise-t-elle l’exfiltration des fauves contre la volonté de la Mairie de Besançon ?

Alors que, pour faire écho à la déclaration de Anne Vignot sur le devenir des animaux du zoo, Humanimo, le Centre Athénas et Rewild avaient proposé des solutions pour mettre fin aux mauvaises conditions de détention des fauves, comme l’accueil en sanctuaire dans leur biotope d’origine, des informations sur le départ furtif de la tigresse Taïga vers un zoo des pays de l’Est nous sont parvenus ce matin. La Mairie semble avoir été mise devant le fait accompli et ne pas avoir pu stopper ce transfert précipité organisé par la direction de la Citadelle, enlevant à Taïga toute chance de retour vers une vie meilleure.

Taïga se voit donc condamnée à un autre site de confinement où elle sera exploitée de la même manière.

 En aucun cas l’exploitation des animaux ne peut être une voie vers la conservation des espèces.

Humanimo, Rewild, Athenas