Une petite vache rebelle

Humanimo

Aujourd’hui nommée Vegan (ou Marguerite sur certains sites), car une vache célèbre a droit à un nom, cette génisse était promise, comme 1.5 millions de ses consœurs, à finir dans des gosiers omnivores.

Mais, arrivée, dans le couloir de la mort, elle décida qu’elle était bien trop jeune pour mourir et ficha une pagaille de tous les diables avant de s’enfuir dans les rues du village.

Une journaliste passait par là et voilà… La saga de Vegan commençait.

Virginie, présidente d’Humanimo, lut comme des milliers d’autres personnes le récit de la cavale de la jeune Vegan et décida que celle-ci méritait mieux que de repartir à l’abattoir une fois les effets de l’aventure estompés.

Elle prit donc son téléphone et passa des heures à retrouver la trace de l’animal et à appeler de célèbres fondations et associations, susceptibles de l’aider à sauver Vegan.

L’affaire était conclue, lorsqu’on apprit que le propriétaire, maquignon de son état, avait  mis un marché en main de l’association Stéphane Lamart. Un drôle de marché, puisqu’il demandait pour libérer Vegan 10 000 euros.

Virginie reprit son bâton de pèlerin et contacta Stéphane Lamart, qui confirma ce prix, hors d’atteinte pour une association et assura être en négociation serrée avec le maquignon pour arriver à une somme raisonnable.

Et le 19 juin, victoire ! La somme demandée était enfin réunie. 5 500 euros quand même, ce n’est pas une paille ! Le prix de la célébrité… Mais Vegan pourra enfin partir brouter les verts pâturages du Loir et Cher, dans une ferme pédagogique et couler des jours heureux.

Article du progrès sur l’action d’Humanimo

Pétition en ligne et nouvelles de Vegan (ou Marguerite)