Zoo de la citadelle de Besançon, une tristesse infinie